témoignage ingénieurs ensgsi ingénieur innovation sociale

Loïca Digon Garcia, Entrepreneuse sociale et actrice du changement

#School J’ai fait un parcours «basique» pourrions-nous presque dire: entrée suite au CPP [La Prépa des INP], j’ai fait mes 3 années ingénieur à Nancy, sans césure, sans étape à l’étranger, sans parcours en parallèle ! J’ai été plutôt investie dans les assos. Au sein de BEST, comme membre, puis comme trésorière. Cela a été une expérience très enrichissante, en particulier d’un point de vue gestion de projets et bien sûr: auto apprentissage de l’anglais ! Je me suis aussi investie dans la création du pôle Relation École Entreprises.
J’étais studieuse voire un peu trop scolaire. Dynamique, portée par les actions et animations collectives et conviviales, festive.

#My carreer J’ai été conquise par l’objectif du  marketing : adapter son offre, produit ou service aux besoins des usagers. Et j’avais déjà une envie certaine d’apporter quelque chose aux enfants. J’ai donc décidé de suivre un Master en Management et Marketing des Produits de l’Enfant. Puis j’ai travaillé pour l’agence The Marketing Store, principalement sur le développement des jouets du Happy Meal de McDonald’s et leur offre Fête d’Anniversaire. Puis, après 3 ans et demi, j’ai quitté Paris et rejoint l’entreprise Babybotte, qui fait des chaussures pour enfants, en tant que Responsable Marketing et Communication. Mais en 2014, l’entreprise a été placée en redressement judiciaire. J’ai alors intégré le comité de pilotage du redressement et pris en charge l’amélioration de la performance industrielle en plus de mes fonctions initiales. Suite à des désaccords dans la stratégie à mettre en œuvre, et poussée par une envie forte de donner plus de sens à ma vie professionnelle, j’ai finalement quitté l’entreprise en janvier 2017.

#My project Un jour d’avril 2016, en visitant le salon du E-marketing à Paris dans le cadre de ma fonction chez Babybotte, j’ai été frappée par la sensation de ne pas être à ma place et totalement désintéressée par les conférences données…Bref, j’ai réalisé qu’il me fallait réfléchir à une autre vie professionnelle ! J’ai alors entrepris un coaching sur 3 mois en parallèle de mon poste avec au cœur de l’accompagnement la question : «sans tenir compte de ce que je sais faire, que souhaite-je faire de ma vie pro?». J’ai rapidement identifié ma volonté d’être au service du développement personnel de l’enfant. En janvier 2017, je lançais CapImago, un projet de création de centre aéré qui s’était dessiné durant le coaching. Mon objectif au travers de ce projet est d’éveiller, en petits et grands, l’envie et les capacités d’entreprendre et d’innover de manière responsable et positive. Faire grandir est la raison d’être de CapImago : accompagner chacun dans sa métamorphose car être épanoui, développer son plein potentiel et s’enrichir de l’intelligence collective sont les 3 clés pour prendre son envol ! Je m’appuie sur les savoir être naturels de l’enfant (confiance, persévérance, empathie, curiosité, imagination…) et le jeu, pour révéler les esprits d’initiative, d’équipe et d’innovation : chez les enfants eux-mêmes, en ancrant ces ressources, chez les adultes, en faisant sortir de son cocon leur enfant intérieur. Pour cela, je propose un centre aéré, des colonies de vacances et des ateliers basés sur des pédagogies actives, des activités coopératives et le mélange des générations. Notamment, des ateliers d’innovation mélangeant enfants (naturellement portés sur la divergence), et adultes (souvent meilleurs pour converger).

#GSI abilities D’abord, les outils de gestion de projets. Plus je m’investis dans différents groupes, plus je me rends compte que peu de personnes savent manager un projet, ce n’est ni inné, ni simple ! Évidemment, le module de marketing, même si j’ai approfondi largement ce champ au cours de mon Master. L’animation de séances de créativité pour faire émerger des idées,pour le développement des jouets et fête d’anniversaire de McDonald’s, comme pour des pistes de stratégie de redressement d’entreprise chez Babybotte, et les ateliers d’innovation aujourd’hui. Enfin, les projets et les cours de Monique Lacotte m’ont donné des clés de management d’équipe… Même si je n’en ai vraiment compris la teneur et puissance qu’une fois entrée dans la vie professionnelle !

#My profile Difficile à dire que j’ai été recrutée pour mon profil GSI puisque j’ai intégré mes entreprises pour des fonctions Marketing. Mais ma double compétence GSI-Marketing s’est toujours révélée être un plus : chez The Marketing Store pour gérer des projets d’organisation de l’entreprise, chez Babybotte pour piloter la stratégie de redressement et l’amélioration de la performance industrielle. Finalement cette capacité donnée par la formation GSI à innover (dans les process et organisations, au delà de la conception de produit), à sortir du cadre et réfléchir de manière systémique sans se cantonner à son périmètre d’action initial, s’est toujours révélée utile à l’entreprise quelque soit ma fonction. Il me semble donc que c’est un atout à valoriser. Le côté généraliste peut être effrayant. On entend souvent de la part des étudiants «que pouvons-nous valoriser?». Être capable d’échanger avec des interlocuteurs variés, de les fédérer, de gérer un projet – qui plus est transversal – de sortir du cadre, de réunir « ce qu’il manque», et ce quel que soit le secteur, est une force. J’ai le sentiment qu’un ingénieur GSI répond à cette phrase de Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

#Advice Pour moi, le plus important est de savoir pourquoi vous faites les choses. Si c’est clair, vous trouverez toujours l’énergie, les ressources, le soutien, les compétences, le courage parfois…de vous lancer ou pour suivre, pour faire ce que vous souhaitez faire. N’hésitez pas à passer à l’action, quelque soit le projet à entreprendre (que ce soit un voyage ou créer une entreprise), au-delà de vos croyances ou peurs. Si c’est nécessaire, cherchez les ressources qui vous manquent (une formation, un contact, des fonds, etc). Je ne sais pas si je vais réussir à donner vie à ce projet, puisqu’il soit pérenne…Mais j’aurai appris beaucoup, je me serai fait plaisir, j’en tirerai du positif. Donnez vous la possibilité d’essayer, il n’y a pas d’échec.

Loïca Digon Garcia – Innovation + Enfants = Entrepreneuse sociale et actrice du changement

Voir son parcours sur LinkedIn